Objectif : les Estromatolitos !

•décembre 31, 2009 • Laisser un commentaire

Vers un nouveau rêve !

Je souhaite commencer cette nouvelle année un souhait, un voeux, un rêve : organiser une expédition scientifique à Tolar Grande dans la région de la Puna saltena au nord de l’Argentine à la découverte des stromatolithes.

Les stromatolithes (en espagnol : estromatolitos) sont parmi les plus anciennes roches fossiles d’origine biologique connues. Les plus anciennes connues sont âgées de 3,465 milliards d’années. Elles sont les plus fréquentes dans les sédiments d’âge précambrien. Les stromatolithes ont sans doute contribué à créer notre atmosphère riche en dioxygène et la couche d’ozone qui ont permis le développement d’une vie terrestre et océanique plus complexes.

Quand les rêves deviennent réalité !

…à chacun son bateau !

•octobre 8, 2009 • Laisser un commentaire
Xplore

© Serge Ouachée - ... à chacun son bateau !

Bonjour !

Voilà c’est reparti pour un tour. Je prends l’avion pour Buenos Aires le 14 octobre et convoie le voilier Xplore Expeditions jusqu’à Punta Arenas. Puis nouveau départ le 30 octobre pour les îles Malouines et la Georgie du Sud. Vous pouvez suivre cette aventure sur le blog du voilier :

http://xploreexpeditions.blogspot.com/

J’ai déjà mon BAC

•juillet 10, 2009 • Un commentaire

Tout le monde mérite du bon repos et je crois que c’est l’époque où que l’on soit, au Nord ou au Sud de l’équateur. Alors je vous dis « Reposez-vous bien ! Oubliez moi un peu ! Profitez de vous-même au maximum et mangez du chocolat ! ». Je prends mon bain de soleil comme ce vaillant petit Manchot Papou à Port-Lockroy en Antarctique et on se retrouve pour ma prochaine expédition en Georgie du Sud (Pacifique Sud). Abrazo Fuerte.

Sieste du Brave

Sieste du Brave

mais je me soigne

•juin 29, 2009 • Laisser un commentaire
euh !? Enfin j'essaye de me soigner !

© serge ouachée - euh !? Enfin j'essaye de me soigner !

Je n’ai pas la PaTaTe

•juin 25, 2009 • 7 commentaires
© serge ouachée - La PaTaTe

© serge ouachée - La PaTaTe

Joyeuse carrière FFP2 !

•juin 17, 2009 • Laisser un commentaire
Masque Ffp2 en forme bec, protégez-vous des Canards !

Masque Ffp2 en forme bec, mes Oies, protégez-vous des C...anards !

Afin de fêter le niveau 6 de l’Oms et le premier cas mortel en Argentine ainsi que 2 cas à Ushuaia, je m’autorise à renouveler mon article « Portez les voiles, les Gazelles » du 20 mai dernier.

Et cette réflexion (de nouveau) :

Alors maintenant chiffrons un peu tout cela : Sur la base d’un masque toutes les 8 heures (comme l’indique brillamment la notice), j’ai été modeste de partir sur un masque par jour, j’ai calculé un chiffre d’affaires de 16,5 € HT par mois et par personne. Donc pour une ville de 200.000 habitants, un CA de 3.300.000 € HT pour un mois. Sur toute la population française c’est un CA de 990.000.000 € HT par mois. Imaginez la suite surtout que j’étais sur une base modeste ! Pour toute l’Europe, pour le monde entier ! Et puis il faut ensuite le couvre-tête, le gel hydroalcoolique ?! Il m’offre une tonne de tablettes de chocolat noir aux noisettes entières, après tout cela ?!
Autres réflexions :
Les accidents de la route tuent environ 1,2 million de personnes dans le monde. C’est près de 3300 personnes par jour. Ou 14 vols AF447 qui s’écrasent en 24 heures.
Le Hiv (Sida) a tué 2,1 millions de personnes dans le monde en 2007.
La grippe espagnole (1918-1920), entre 30 et 100 millions de morts, était de sous-type Influenza A H1N1, comme celle d’aujourd’hui.
Il n’existe AUCUN vaccin à ce jour contre la souche mère. Elle mute si rapidement et est hyper complexe. Les vaccins se fabriquent à partir des sous-types. Leur efficacité est ambigu sachant en parallèle l’adaptabilité spectaculaire des anti-corps humains se défendant par eux-mêmes.
Rien est nouveau. Tout est transformation.
Informations anti-journalistiques :
Ces virus à ARN de type A (HxNx, ici H1N1), font partie des Orthomyxoviridae, du genre Influenzavirus de type A. Ils sont responsable de maladies virales dont la grippe saisonnière est l’exemple le plus connu, mais ils produisent aussi des influenzas animales dont la l’influenza aviaire (autrefois nommée peste aviaire) qui touche surtout des oiseaux sauvages ou domestiques. Outre l’Homme, ce type de virus touche plus rarement des mammifères sauvages ou domestiques, (dont le porc qui est à la fois réceptif aux virus grippaux aviaires et humains). Ces virus grâce à leurs 8 brins d’ARN mutent spontanément et fréquemment. Ce faisant certains parmi eux peuvent éventuellement devenir capables d’infecter d’autres espèces que des oiseaux. Mais le passage de virus de l’oiseau à l’espèce humaine ou à d’autres mammifères est jugé exceptionnel.
Le masque Ffp2 contre ceci

Le masque Ffp2 contre ceci

Par convenance, le virus grippal Influenza A est classé en fonction du type de deux de ses protéines de surfaces, en 144 combinaisons possibles (16 hémagglutinines × 9 neuraminidases). Ces 144 sous-types semblent tous pouvoir infecter toutes les espèces d’oiseaux, et actuellement six d’entre eux (H1Nx, H2Nx ou H3Nx, ou HxN1 ou HxN2) ont des caractéristiques leur permettant d’infecter plus facilement l’Homme, situation qui peut évoluer si le virus mute. Chaque sous-type peut produire de nombreux variants, plus ou moins pathogènes. Le nom HxNx (H5N1 pour l’exemple ci-dessous) fait référence à deux sous-types d’antigènes présents à la surface du virus : l’hémagglutinine de type 5, la neuraminidase de type 1. Chez les oiseaux, il existe 16 sous-types de virus grippaux pour l’hémagglutinine. Seuls les sous-types H5 et H7 sont actuellement réputés hautement pathogènes chez l’oiseau. Ces virus grippaux ne sont pas mobiles. Ils sont réputés être habituellement passivement transportés à travers le monde dans les intestins des oiseaux sauvages migrateurs ou d’autres animaux (dont mammifères marins). Ils sont très rarement mortels et souvent n’occasionnent pas de symptôme visible. Cependant le variant H5N1 est un agent infectieux parmi les plus mortels jamais enregistrés chez les individus qu’il infecte. Depuis 1997, il semble avoir élargi la liste de ses cibles.
Sources : Wikipédia 2009

Conclusion :

Depuis quand sommes-nous immortels ? Depuis quand sous-estimons d’autres forces qui nous dépassent ? Depuis quand nous ne savons plus comparer du comparable ? Pourquoi oublions-nous si vite l’histoire ? Pourquoi faire confiance au masque Ffp2 alors qu’il existe le masque Ffp3 beaucoup plus efficace ? Pourquoi atteignons le niveau 6 maximal avec si peu de cas ? Doit-on créer une autre échelle d’alerte dans ce cas ?  Oublions-nous notre influence sur les animaux et la nature ?
On rigole quand Obama écrase une mouche. Certes, j’en ai tué des mouches ? Mais je me pose des sérieuses questions sur une incidence moléculaire de cet acte. Jean-Marie Pelt nous montrait comment la Nature se transformait et au fur et à mesure des attaques extérieures de son environnement, elle créait des défenses spectaculaires qu’on sous-estime. Oui je suis un complentatif, un poète, un écolo (c’est faux), je suis avant tout un être sur son petit chemin qui serpente dans la clarté et l’obscurité. Je n’y comprends pas grand-chose. Mais j’ai décidé de vivre jusqu’à l’arrêt total de mon horloge biologique. Pour moi, ce n’est pas une question, ni de temps ni de menaces extérieures. C’est une question de mission à remplir… chuuuut ! Je suis sans cesse étonné du monde, curieux de sa transformation et de son ingéniosité. La Vie a longtemps décidé. Elle y parviendra de toute façon, alors pourquoi résister ?

Darwin End

•juin 13, 2009 • Laisser un commentaire
Gaviota

© serge ouachée - Oiseau ?! Que vois-tu dans mon œil ?

Dans tes yeux, Oiseau, je ne reconnais pas l’arbre évolutionnaire. Je ne reconnais pas la supériorité de l’Être Humain. O Oiseau je te mets un O majuscule par respect, par équité, par amitié, par curiosité de ta curiosité et par ma bouche fait OOOO quand tu te laisses observer. Quelquefois je rêve de te parler plus. De m’asseoir à côté de tes plumes lisses et soigneuses, d’un merveilleux blanc, et là comme cela, assis ou même allongé, te raconter l’histoire d’un vieux monsieur avec une barbe grise, absorbé par la réussite et le prestige, t’a négligé et, pour obtenir admiration de ses semblables, te plaça sur un schéma rapide, sous ses pieds. Il voyageait vite cet homme, il cumulait, jugeait et repartait avec tes trésors dans ses malles. Il était absorbé par sa carrière et le besoin de satisfaire ses Pères, exigeants, fiers, demandeurs, mais bien contents de voir ce fougueux faire la sale besogne de cueillettes du bout du monde. Ce vieux monsieur à la barbe grise, sérieux et obsédé de sa théorie en dogme, oubliait une chose : Ton regard, Oiseau ! Alors Oiseau aux habits de lumières, tu es mon semblable, mon frère de sang. J’ai tout à apprendre de toi et toi, je le vois, ta curiosité désire me dire tant de mystères que je ne connais pas. Sais-tu, Oiseau de mes Rêves, que nous utilisons des engins étranges pour obtenir ce que tu es dans les airs, mais Toi, tu le fais avec ton corps, O Oiseau, et c’est le plus beau. O Oiseau, comment te remercier du regard que tu m’as offert ce jour là. Je reviendrai te voir, O Oiseau, un jour où le vent m’aidera, où la Terre me sera moins lourde pour mon être et ce jour, nous ne parlerons pas, nous nous regarderons plus, nous ne serions même plus curieux de l’un de l’autre, mais, oui ce jour, O Oiseau, nous serons main dans la main, cœur contre cœur, à survoler les astres pour l’infini. Ce jour nous sera un Rire, oui je te le promets ce Rire. Mon seul et mon dernier. O Oiseau ! Je te le promets ! O Oiseau

G oo G (le)

•juin 8, 2009 • Laisser un commentaire
Google idiot

"Google nous rend t'il idiot ?"

Voilà ce que l’on pouvait lire dans la presse pie-paul, hier à 00:45, heure locale.

Puis à 00:46, Un commentateur pressé mais avisé répondit : Trop tard ! Pour poser une telle question, c’est qu’il est idiot……

Comme avec l’art, je vous laisse cette réflexion à votre contemplation.

Si juin, l’autoportrait

•juin 5, 2009 • 4 commentaires

Il fallait bien commencer le mois de juin par quelque chose… Je me suis mis en tableau. Je suis dans le miroir, à l’envers. Le tout qui semble renversé. Je prenais une soupe, puis un poisson grillé (merluza negra) avec des patates à l’eau. J’étais seul à une petite table carrée. Sombre dedans, clair dehors. Bric et Broc en toque et plein de tics. Je me suis fait le portrait. Il le faillait. Un jour. Nous étions à Valparaiso et cela sentait le moisi et l’automne. Un air de vieux au loin, Bric et Broc enlevaient les assiettes vides. Ils savaient, eux : Valpo n’est plus… le photographe non plus.

 

Café Valpo

© serge ouachée - Automatic portrait

Plouf économie, plouf planétaire

•mai 31, 2009 • Un commentaire
Plouf

© Philippe Moncorgé - La Plouf économie

Juin 2009 : 8ème édition de la Plouf économie ! Une plouf planétaire !

« C’est un évènement, un concept poétique créé en janvier 2002 par l’artiste lyonnais Philippe Moncorgé. L’objectif de la plouf économie réside précisément dans le fait d’avoir le moins d’objectifs possible, ce qui différencie cette économie des autres économies.  La plouf économie vérifie l’expérience de l’acte gratuit et poétique. Elle n’affiche aucune ambition et plus important encore, elle ne provoque ni stress ni inquiétude. »

L’événement est de lâcher un caillou dans l’eau. Je ne répète pas puisque c’est super simple, non ?! Le rendez-vous de la plouf économie, 8ème édition 2009,  est fixé au 3 juin 2009 à 20h09 (heure locale dans chaque pays). Cet événement exceptionnel sera suivi par la radio national France Inter lors de l’émission de Eric Lange, « Allo la Planète » de 23:00 à 1:00 du matin. Je vous rappelle que vous pouvez écouter France Inter sur Internet. Grâce à la diffusion sur ces ondes mondiales, la Plouf 2009 sera tout particulièrement planétaire. 

Rendez-vous pris !

À plouf mes ploufeurs et ploufeuses !

Note de bas de page : Plus d’un pensera : « Plouffff qu’est ce qu’ils ne vont pas encore inventer ceux-là !!!!!« . Je comprends. Les habitudes sont difficiles à perdre. On n’y gagne rien justement. Mais on n’y perd pas non plus. Quand il s’agit du Rien Poétique, la peur s’installe. Adios ! Vous verrez quand je vous parlerai de Alli et de ses copines.